lundi 12 novembre 2007

Oeuf poule-qui-mord au lard et poireaux

On continue avec des plats au lard fermier. J'adore les oeufs, sous toutes leurs formes, avec une mention spéciale pour l'oeuf à la coque le matin avec du pain complet aux céréales et au levain légèrement grillé et une théière fumante... Mais ne nous égarons pas. Pour le dîner, les oeufs se mangent à raison de deux par personne, sauf quand il n'y en a plus beaucoup. Pour ces (rarissimes) cas d'approvisionnement du frigo mal géré, une solution : les oeufs cocotte. Un oeuf par personne, tout mignon dans son ramequin, agrémenté d'un bon petit assaisonnement, et le tour est joué. Bon là c'est bon mais semi-diététique... ya du gras mais quand même du légume dedans. Comme nom, pour changer d'oeuf cocotte, je propose "Oeufs poule-qui-mord au lard et poireaux". Oui, qui mord, parce qu'en tant qu'en tant que coyote, je réclame pour les poules des moyens de défense décents - les dents.




Ingrédients pour deux ramequins :

- deux oeufs
- un petit poireau
- lard fermier
- crème fraîche épaisse

Préparation :

- Détailler le lard en lardons puis le faire griller à sec dans une poêle
- Evacuer le gras, ajouter le poireau émincé et laisser cuire avec un petit fond d'eau pendant un petit quart d'heure. Rajouter un peu d'eau si ça a l'air de brûler.
- Dans chaque ramequin, déposer la moitié des poireaux et lardons, puis une bonne cuillerée de crème, puis casser l'oeuf dessus.
- Cuire au bain-marie au four pas trop chaud (th5) pendant un quart d'heure (le blanc doit être pris et le jaune liquide)

La recette en pdf

Le coin de la controverse :

Comment se débrouiller pour obtenir une cuisson parfaite de l'oeuf (blanc pris, jaune bien coulant) ? J'en suis encore aux expérimentations.
- J'ai essayé sans bain-marie. Le four ne doit pas être trop chaud : à th6, on a un oeuf mollet. C'est bon mais pas parfait. A th5 ça va à peu près mais il faut surveiller, et on ne peut pas vraiment repérer la cuisson du jaune.
- Enfouir le jaune dans la garniture ? C'est pas mal pour la cuisson, mais on perd l'intérêt esthétique de l'oeuf cocotte pour obtenir une bouillie informe ou, pire, des ramequins uniformément blancs sur le dessus. Bof.
- J'attends toutes vos suggestions de cuisson à part les farfelus qui font cuire le blanc et le jaune séparément...

3 commentaires:

Khapin a dit…

Je suis désolé de te décevoir, cher coyote, mais le seul moyen que je connaisse pour avoir un blanc bien cuit et un jaune tout liquide (et tellement bon), c'est de mettre le blanc d'abord, et de rajouter le jaune à la fin, quand la cuisson est presque finie...

Je sais que tu considères ça comme farfelu, mais je pense que c'est la méthode la plus sure et la plus efficace !

Sochialiste a dit…

Dis-moi, le lard, il ne viendrait pas de Rouge-Gazon ?
Tu vois, ça y est, avec un peu de décalage dans le temps, je découvre ton délicieux blog.
A bientôt pour une bredele party!
Sophie-Charlotte

le coyote a dit…

Oui oui, c'est le lard de Rouge Gazon (mangé depuis longtemps, mais je garde les recettes sous le coude...).
Pour le farfelu séparateur d'oeufs, tu ne dois pas cuisiner souvent, pour proposer des idées aussi farfelues. Mais je te prépare pour bientôt une recette à base de bière et d'oeuf, si je trouve, histoire de montrer que je ne suis pas rancunière.

Nombre total de pages vues