mercredi 28 novembre 2007

Choisir un album des Rolling Stones

Si c'était l'été et que j'avais quelques compétences en la matière, j'aurais écrit un message sur le choix des melons. À quoi on voit qu'il est mûr, faut-il le soupeser, le sentir, examiner le pédoncule...Comment on sait s'il sera bon après-demain ? Malheureusement je ne fais pas partie de la minorité agissante de ceux qui « savent choisir un melon ». Je demande (discrètement parce que j'ai honte) au marchand de choisir pour moi. Comme je ne peux pas non plus proposer « et si on mangeait dehors ? » pour la dégustation du melon, parce que mon bibliobus n'a pas de balcon, je suis privée d'une bonne partie du folklore estival.

En même temps, on s'en fout, parce que c'est l'hiver, et que la choucroute ça se mange dedans.

Il y a en revanche un domaine que je connais bien, et qui est bien plus réjouissant qu'un déjeuner dehors, avec de la pisse de guêpe dans le rosé et une table bancale, c'est les Rolling Stones. On (moi mais aussi le reste du monde, sinon les concerts seraient à la mjc et pas au Stade de France) a souvent envie d'écouter un peu ce groupe mythique en dansant dans son salon. Et là, la question cruelle se pose, pire que celle du melon : comment choisir un album des Rolling Stones ? Les paresseux, ceux qui achètent leur melon tout découpé dans une barquette en plastique au supermarché, brandiront en ricanant un best-of. Moi je pense que ça dépanne bien mais que c'est moins bon. Et puis y en a marre d'écouter tout le temps Satisfaction alors que rien ne dit que c'est leur meilleure chanson. Je vous propose donc aujourd'hui quelques éléments pour, vous aussi, apprendre à choisir votre album des Rolling Stones. Un vrai, avec la pochette et tout, pas un cd gravé, et pour ceux qui ont de la chance, une réédition en réplique de vinyle avec même la petite pochette en plastique fin pour le cd.

Pour commencer, soyons ringards : Mick et ses acolytes n'ont plus rien fait de bien depuis 1972 à part deux ou trois chansons perdues sur des albums pas aussi fantastiques que les premiers, un excellent live en 91, Flashpoint, et bien sûr, le simple fait de continuer à cotiser au delà des 40 annuités parce que leur régime de retraite est tout pourri. Il nous reste malgré cela 10 albums. C'est là qu'on commence à les flairer et à examiner leur pédoncule.

Le top 4 :

- Exile on Main Street : le meilleur de tous selon certains. Il a l'intéressante particularité de ne contenir aucun des tubes ultra célèbres que tout le monde connaît, et pourtant c'est une valeur sûre. En plus c'est un double album, donc pour les radins, c'est pas mal, parce que ça fait 18 chansons. On peut l'écouter ici en préparant des langoustines.

- Let it bleed : un petit album vite fait bien fait avec du rock et du blues, et surtout Midnight Rambler et You can't always get what you want, soit 14 minutes et 26 secondes de perfection absolue.

- Between the buttons : pour le scandaleux Let's spend the night together et parce qu'il met d'une bonne humeur irrépressible.

- Aftermath : pour ceux qui aiment le rock et Paint it black, et pour Going home, la chanson qui aurait tout aussi bien pu durer une heure mais on aurait commencé à s'ennuyer.

Les autres qui sont bien aussi mais quand même un peu moins :

- Beggar's banquet : pour ceux qui aiment les photos de chiottes sur la couverture. Dans les années 60, c'était de la provocation, hihi...
- Out of our heads : pour ceux qui aiment quand même Satisfaction et parce que c'est le premier qui contient des chansons vraiment écrites par les Rolling Stones.

- Les deux premiers sont bien mais moins bien. C'est surtout pour les inconditionnels...

- Sticky Fingers : pour ceux qui fantasment sur la couverture

- Their satanic majesties request : déjà c'est un disque psychédélique bizarre, et en plus il y a les sinistres John Lennon et Paul McCartney qui font les choeurs dessus. BERK. J'aime pas les Beatles et je censurerai tout commentaire favorable à ce groupe inintéressant. Bon ceci dit la pochette est rigolote, et quand on veut l'intégrale, il faut celui là aussi.
Pour les irréductibles feignasses, acheter le double Hot Rocks, mais puisque je vous dis que c'est moins bien...
Je sais que ce message était trop long, aussi je décerne une poignée de main cordiale et toute ma considération à ceux qui sont arrivés jusque là.

1 commentaire:

gourmande modeste a dit…

Je vote pour Let it bleed-

c'est pas ringard de dire qu'ils ont rien fait de bon depuis des lustres, c'est précis!

post très amusant! je découvre ton blog par la même occasion.

Nombre total de pages vues